L’île du sud

Nous nous envolons donc pour notre road trip en Nouvelle Zélande tôt ce matin la de Sydney. Nous arrivons en fin de journée a Christchurch sur l’île de sud, et comme redouté il fait froid. Il pleut même. Pour le premier soir on va a l´hôtel.

Le lendemain matin direction Britz le loueur. Comme on veut continuer à faire du camping sauvage et pouvoir se doucher le soir sans finir congelé, on décide de monter en gamme pour le van. On prend donc un modèle avec douche, il est nettement plus gros. Nous espérons que les routes ne seront pas trop étroites. Il dispose d’un chauffage stationnaire, mais nous découvrirons que celui ci ne fonctionne que quand on est au camping branché sur le secteur, arg!…. pour le camping sauvage, ce sera ambiance fraîche, voire, très très fraîche. Ce sont les joies d’un road trip hivernal en Nouvelle Zélande 😉 Bref si vous y allez à cette saison prévoyez le chauffage stationnaire qui fonctionne au gasoil…

Nous prenons le soir même la direction du mont Cook et des Alpes. Le premier soir, bivouac le long d’un étang au sud de Christchurch: il pleut mais il ne fait pas encore trop froid. Le lendemain ça se gâte, le ciel se dégage, on monte en altitude. Résultat au réveil: -6ª dans le van. Le réveil est dur et le moral en berne 🙂 Promis le lendemain nous irons au camping, histoire d’avoir un peu de chauffage.

Cette arrivée en Nouvelle Zélande est aussi marquée par la perte du téléphone de madame : un vol plane fatal qui la fait grogner sévère car plus de carnet d’adresse, plus de musique, plus de photos des copains, plus de datas etc. bref, les joies d’un voyage…

On se remonte le moral en visitant la région du mont Cook, magnifique, faite de pics et de glaciers.

Puis on continue vers le sud. Les paysages sont constitués de plateaux et de prairies à….. moutons bien sur !!. D’ailleurs des moutons il y en a beaucoup dans ce pays, quasiment partout en fait. Il se dit qu’il y aurait 50 millions de moutons pour 4 millions d´habitants en Nouvelle Zélande !

On trouve ça dommage des fois que les grandes et belles forêts sauvages aient été sacrifiées pour y installer de l’élevage.

Bref, on descend donc vers Queenstown, la « chamonix » de NZ. On y va pour se renseigner pour skier. Les stations ouvrent le lendemain samedi, mais il risque d’y avoir beaucoup de monde. Vu qu’on doit repasser par là au retour du « far south », on reporte la session ski.

Nous voilà donc repartis vers la côte sud, vers la région des Catlins. C’est une région de petites montagnes et de collines au bord de l’océan, tantôt recouvertes de forêts, tantôt de moutons 🙂 L’air est étonnamment doux (10ªC tout est relatif), c’est agréable. Nous y trouvons le soir, pour bivouaquer, une plage fantastique une des plus belles que nous ayons jamais vu. Le lendemain matin, on y fait une balade afin de profiter de la quiétude des lieux. Puis on continue la route en direction des Fjords.

On remonte tranquillement en 2 jours vers les fjords, notamment pour aller faire un tour en bateau dans le célèbre Milford Sound. Une longue route longe le parc des fjords pour accéder à ce dernier.

Quand on arrive au tunnel juste avant Milford Sound, on le trouve fermé pour travaux alors que tous les panneaux en route le disaient ouvert grrr. On est bloqué à quelques 20 km du fjord bêtement.

Un employé du chantier passant par là nous explique qu’il est fermé à cause de travaux en haut sur la montagne : des artificiers sont en train de poser des explosifs de manière à dégager un bloc rocheux menaçant la route. Un autre employé très sympa, sort et voyant nos mines dépitées, nous explique qu’il va y avoir des rotations d´hélico pour acheminer du matériel là haut et pour aller faire le plein à… Milford Sound. Il pense qu’on peut se joindre à eux, il faut juste demander au pilote s’il accepte de nous emmener. Il accepte ! On est excité comme des enfants devant le sapin de noël le 25 au matin… Un tour en hélico imprévu et gratuit !

Il nous propose de nous déposer a Milford Sound, mais pour venir nous chercher il faut 500$nz. Nous déclinons car ce n’est pas dans notre budget et pas très écolo non plus (on se donne bonne conscience 🙂 On se contera donc de la balade. Une belle balade donc, au dessus des montagne. Pour moi c’est le baptême, Madame en a déjà fait.

Au retour de la balade on remercie toute l’équipe. On reste un peu déçu de ne pas avoir pu découvrir le fjord de Milford Sound car c’est un must et l’un des rares accessible (toute la zone est parc protégée), mais la balade en hélico a bien compensé et nous l’aurons quand même entr’aperçu de loin.

De retour donc à Queenstown pour aller skier, on passe la nuit sur place. Le lendemain dans les starting blocks, on monte à la station. Et ben quand on arrive, on est tout de suite déçu, car il n’y a quasiment pas de neige. Un beau ruban blanc sur les quelques pistes ouvertes, mais sur les côtés, c’est peau de chagrin. Bref, ils profitent du froid pour faire de la neige à canon…

Tant pis, on ne skiera pas pour cette fois, probablement encore trop tôt dans la saison.

On reprend donc la route direction cette fois la côte ouest, et ses glaciers dévalants les montagnes.

Et encore une côte sauvage superbe! de belles plages et forêts avec pics enneigés et glaciers en arrière plan. Décidément, ce road trip nous amène n’en finit plus de nous emmener dans des lieux superbes !

On y passe 3 jours avant de retraverser les alpes vers Christchurch.

Retour dans la région de Christchurch. On pense à un moment aller skier dans le coin, mais on est un peu pris par le temps car il y a l’ile du nord à visiter encore. Nous reprenons donc la route vers Picton où il y a des ferries pour Wellington.

En chemin, devinez quoi, et ben encore des montagnes magnifiques les pieds dans l’océan et des moutons (quelques otaries également). La Nouvelle Zelande est vraiment sublime, elle concentre énormément de beaux paysages.

L’île du nord

Arrives très tard sur Wellington, on trouve un petit bivouac en proche banlieue pour passer la nuit avant de partir vers l’autre grande spécialiste de la Nouvelle Zélande : les volcans.

D’abord, direction Stratford : on traverse de nouveau des km et des km de plaines vallonnées, recouvertes de moutons…. il y en a tellement que, de loin, on a parfois l’impression que les collines ont des poussées d’acné 🙂

Avant de nous rendre sur le plateau central et d’aller admirer le fameux Tongariro, nous souhaitons nous balader sur la « Forgotten World Highway », une route sinueuse et très étroite de près de 150 km qui traverse une fois de plus des paysages magnifiques. Nous ne serons pas déçus du détour. Gorges, plateaux, forets semi tropicales… tout y est pour donner une atmosphère d’immensité.

Il nous faudra une grosse demi journée pour faire ces quelques km (on avance très lentement avec un camion sur ces routes ultra sinueuses), nous nous dirigeons vers le Tongariro. Nous n’avons qu’une envie : admirer ce fameux volcan. Eh ben, vous savez quoi ? … On n’en verra rien…. mais alors, rien de rien. Pas de chance, la météo est totalement bouchée. Au bout de 2 jours de grisaille et de brouillard a couper au couteau, on abandonne (les prévisions sont mauvaises) et on décide de remonter encore un peu plus vers le nord.

Direction Wai-O-Tapu, son parc, une immense zone volcanique et surtout, ces sources chaudes qui enfument toute la région.

Soyons honnêtes, l’un des avantages a visiter la NZ en hiver (heureusement qu’il y en a), c’est qu’il n’y a personne ou presque sur les sites. Et nous avons donc pu nous balader tranquillement dans tout le parc et profiter, rien que pour nous, des piscines, geysers, fumerolles et autres formations volcaniques.

Évidemment, impossible aussi de résister a l’envie d’aller barboter dans ces eaux bouillonnantes : il y a des sources et des résurgences sauvages, partout, dans toute la région. Après le froid glacial du sud et la météo plus que fraîche du nord, inutile de vous dire qu’on ne s’est pas fait prier pour nous glisser dans des rivières a 30 degrés au moins…. que du bonheur !

Nous avons ensuite poursuivi notre route vers Rotorua, traversant encore des paysages baignes de vapeurs. On dit qu’a Rotorua, les vapeurs des sources chaudes s’échappent par les bouches d’égout de la ville, eh ben, c’est vrai ! Nous l’avons vu de nos yeux vus (on s’est d’ailleurs dit que ca devait être assez stressant de faire des travaux dans cette ville… le moindre entrepreneur doit avoir la trouille de creuser et de tomber sur une source a 100 degrés….lol). Évidemment, on en a profite pour visiter le musée de la ville, installe dans l’ancienne maison de bains… de sacrées installations pour l’époque.

Le temps passe vite et il ne nous reste plus que quelques jours pour rejoindre Auckland et notre vol transpacifique. Alors, meme si nous avions vraiment envie de voir l’extrême nord de la NZ (et en particulier la plage de Ninety Milles Beach, une plage de 100 km), nous nous sommes « contentes » de la péninsule de Coromandel… et c’était encore somptueux !

Vadrouille entre les plages désertes, les zones forestières (ahhh on a quand même pu voir quelques kauris, ces fameux arbres sacres des maoris) et des cotes toujours déchiquetées…. bref que du bonheur d’autant que pour cette fin de séjour, le soleil était de retour.

Et voilà fini la Nouvelle Zélande, Bon soyons honnêtes, c’était très très beau. On a vraiment adoré. La Nouvelle Zélande vient se placer directement derrière la Namibie en terme de pays préférés depuis le début du voyage.

Par contre, soyons clairs, si vous voulez bivouaquer et profiter des immensités sauvages de ce pays, bref le faire en mode road trip et vanlife, il faut le faire avec un peu plus de chaleur!

Bon il aussi faut aimer le vert et par conséquent, la pluie. Si le soleil était au rdv dans l’île du sud, on ne serait quand même pas contre le revisiter avec un peu plus de lumière et de chaleur 🙂